cz en fr
Digital Park II Digital Park II Digital Park II
265
Digital Park II
Bratislava
accomplissement 2008–2009
investisseur Digital Park Einsteinova
entrepreneur général Bovis Lend Lease
architecte Cigler Marani Architects
type de bâtiment administratif
volume du projet du revêtement de façade > 10 millions d'euros

Digital Park est un complexe administratif moderne stratégiquement situé à l’entrée principale  de la route en direction de Bratislava, dans la rue Eistein.  La construction a été divisée en trois étapes;l’occupation des sols globale dépasse 73 000 m2. Les bureaux sont répartis sur huit étages ; au rez-de-chaussée se trouvent la zone commerciale, les restaurants et les cafés et au sous-sol le parking. Sipral a fourni le revêtement des bâtiments conçu pour ce projet modulaire.

Le concept architectural de la deuxième et de la troisième étapes, dont les auteurs sont Jakub Cigler et Vincent Marani du bureau Cigler Marani Architects, a.s., est fondé sur la conception unique de masse des ouvrages reliés trapézoïdaux. Cette solution de masse ainsi définie forme, dans l’occupation des sols adjacente non homogène, une structure originale et en même temps une structure volumétrique convenable réagissant à l’échelle de l’urbanisme existant. L’idée était de placer l’immeuble dans un espace de stationnement de qualité à laquelle la conception du transport a été subordonnée. Les places de stationnement de grande capacité sont cachées dans les souterrains des bâtiments et la zone neutre de l’ouvrage est conçue de façon conséquente comme un parc avec des zones propices à la marche, de la verdure et des jeux d’eau. Les bâtiments de Digital Park sont constitués d‘ouvrages trapézoïdaux vitrés Simple. Ils sont tournés les uns contre les autres et répondent ainsi à la forme irrégulière du terrain, délimité par le chemin de fer côté Sud et par les voies de communication côtés Nord et Ouest. La conception de l’ensemble est basée sur l’ouverture vis-à-vis de son entourage et ceci est également lié à la réalisation d’un parc – un nouvel espace urbain qui s’intègre agréablement dans cet ensemble et bénéficie au public.

Le bâtiment est basé sur l’orientation par rapport au centre urbain, ou plutôt par rapport au château de Bratislava, à la fois par la conception trapézoïdale de différents matériaux ainsi que par la conception de la façade. La façade Nord en direction de la ville est ouverte et plus vitrée, côté Sud elle est en revanche plus fermée vis-à-vis de la construction de la cité Petržalka. Cette solution de façade prend en compte l’impact des gains thermiques du bâtiment provenant du rayonnement solaire. Sur les parties latérales, la proportion des parties vitrées fixes varie continuellement, ce qui apporte un élément de dynamisme dans l’ensemble de la composition. Cet élément se développe ensuite dans les unités architectoniques partielles – entrée lobby, landscaping, etc.

Le revêtement sur les six doigts  de l’ouvrage ainsi que sur les collerettes de connexion est conçu comme modulaire. Les différents modules ont été entièrement fabriqués en usine et transportés sur le chantier. Sur le chantier, ces modules sont accrochés grâce au système de points d’ancrage. Ce type de revêtement permet une meilleure qualité grâce au contrôle de tous les composants et du modèle entier, directement à l’usine, ainsi qu‘un montage rapide et efficace et  une plus grande indépendance par rapport aux conditions météorologiques. Il permet également d’éviter l’utilisation d’un échafaudage.

Ce système de revêtement a été développé sur mesure spécifiquement pour ce marché. La taille typique d’un module est  de 2,7 x 3,9 m. La largeur plus importante a permis d’optimiser la quantité des ancres, la charge de transport et le temps de montage. La partie amovible des modules est encastrée non dans la partie vitrée, mais dans la partie pleine. Dans la partie extérieure, les modules sont revêtus de dalles composites et de tôles peintes en acier. Au cours de la conception de l’enveloppe, il a été nécessaire en plus des exigences esthétiques, structurelles, acoustiques, etc., de penser également à l’optimisation technologique afin de pouvoir fournir la façade à la date souhaitée. La rapidité requise pour la pose était d’environ 9 000m2 par mois. Pour cette raison, les différents éléments à insérer, y compris les fenêtres, ont été conçus comme des composants individuels, montés séparément et ensuite assemblés dans les modules finaux comme des ensembles. Cette proposition conceptuelle a permis une production journalière d’environ 300 m2 d’enveloppe sur une des trois chaînes d’assemblage. Les modules tridimensionnels dits balcons fermés sont parfois posés sur la surface des façades modulaires. Pour la conception de ces balcons fermés comme pour toutes les façades modulaires, on a utilisé le logiciel 3D SolidWorks. Les modèles 3D des modules ont été utilisés pour l’évaluation structurelle et thermique, pour l’analyse des processus technologiques de fabrication et pour la production. La production traite les modèles 3D et ceux-ci sont ensuite envoyés directement aux centres d’usinage. Les modules sont intéressants par leur ouverture inhabituelle – les vitrages ne s’ouvrent pas, mais ce sont les parties opaques réalisées par les panneaux. L’extérieur des modules est revêtu de dalles composites et de tôles peintes.

La trame semi-structurelle dans la partie du parterre des ouvrages complète le type modulaire de revêtement.  Pour les entrées où la façade est autoporteuse sur deux niveaux, on utilise le système Aufsatz – le système de pose sur la sous-structure métallique.